Banques Centrales
Typography

Candriam présente ses perspectives économiques et financières...



La BCE devrait annoncer l’essentiel des modalités du retrait progressif du « QE » cette semaine, comme elle l’avait indiqué lors de sa réunion de septembre. En dépit des différentes déclarations faites par les membres du Conseil des gouverneurs ces dernières semaines, l’annonce portera probablement sur une réduction de moitié des achats mensuels (de € 60md à  € 30md), avec un engagement sur neuf mois jusqu’en septembre 2018.

Dans le même temps, la BCE pourrait délivrer une communication claire au sujet de sa stratégie de réinvestissement. Le réinvestissement des obligations arrivant à maturité revêtira, en effet,  une importance plus grande dans le programme d’achat de 2018. Une communication claire en matière de réinvestissement, en termes de volume, devrait également permettre d’atténuer l’impact d’achats nets plus faibles. 

La BCE devrait maintenir son programme d’achat « ouvert », ce qui signifie qu’elle devrait maintenir son engagement de racheter plus d’actifs ou bien sur une période plus longue, si nécessaire, en raison d’une progression plus lente de l’inflation ou en raison de la situation financière. Elle devrait également réitérer que les taux d’intérêt vont rester bas  pour une longue période et bien après la fin de l’assouplissement quantitatif. 

Dans la mesure où la BCE poursuit une approche très graduelle en terme de normalisation monétaire, le marché se prépare à un résultat légèrement conciliant. La BCE va probablement mettre l’accent sur la durée, le volume total du programme d’achat et sur sa politique de réinvestissement. Tant cette approche graduelle qu’un discours conforme aux attentes de marché sur le ton de la prudence devraient limiter le risque de réaction négative, tant pour les marchés obligataires que pour les marchés actions. En fin de compte, la réaction de l’euro dépendra du message général de la déclaration.

Le principal enjeu pour les banques centrales réside dans la sortie de la politique ultra accommodante. Elles vont devoir resserrer davantage leur politique monétaire, afin d’éviter toute instabilité financière, dans la mesure où les marchés actions culminent à des niveaux records tandis que les primes de risques de crédit se situent à des niveaux bas. La BCE doit « recalibrer » sa politique d’achats car elle atteint ses limites.  La dynamique économique actuelle pointe dans la même direction.  Cette situation devrait progressivement conduire à des taux d’intérêt plus élevés à moyen terme. Plus nous nous rapprocherons d’une fin de l’assouplissement quantitatif et d’un premier relèvement des taux, plus la pression montera sur le compartiment obligataire européen.

Source: BONDWorld.fr
AdvisorWorld.fr

Newsletter

Newsletter: Abonnez-vous GRATUITEMENT! ICI

logo

Investisseurs professionnels
Informations légales importantes

Avant d’accéder à ce site Internet, vous devez lire et accepter les conditions d’utilisation et les mentions légales suivantes. Si vous ne pouvez pas accéder au site selon ces conditions d’utilisation ou si vous ne les comprenez pas, vous ne devez pas poursuivre votre navigation sur ce site et vous ne devez pas accepter ces conditions d’utilisation.

Ces informations sont exclusivement destinées aux personnes agréées par les autorités compétentes en France à agir en tant qu’investisseur professionnel ou conseiller financier.

Les personnes qui ne remplissent pas ces critères ne doivent pas poursuivre leur navigation sur ce site et doivent le quitter.

Ce site utilise des cookies, qui nous aident à mieux vous connaître et améliorer votre expérience de navigation. En continuant votre navigation vous acceptez leur utilisation.