Stratégie
Typography

GRAFICO CAMBILa dégradation des indicateurs économiques de la zone euro et notamment la situation difficile en Espagne exigent un positionnement plus prudent.....  


Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC
Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement 

La crise de la dette européenne revient au premier plan sur les marchés. Les acteurs économiques regardent à ce sujet surtout l'Espagne, dont la situation s'est détériorée depuis la dernière rétrogradation de sa note par Standard & Poor's. Le système bancaire espagnol sous-capitalisé en raison de la crise immobilière inquiète à ce sujet les marchés. Selon notre estimation, la BCE ne devrait cependant recommencer des achats de soutien que si le taux d'intérêt des emprunts de l'État espagnol à 10 ans dépasse 7 pour cent. Les élections présidentielles en France devraient également avoir une influence sur les marchés. Si François Hollande devait gagner, cela entraînerait des divergences d'opinions avec l'Allemagne en ce qui concerne les mesures de réduction des dépenses publiques, ce qui serait mauvais pour les marchés. Nous réduisons par conséquent la pondération des actions européennes.

Un peu plus de prudence en ce qui concerne les obligations d'entreprises
Dans le segment des obligations d'entreprises, les valorisations demeurent certes attrayantes, même dans le domaine du high yield, mais la qualité des émetteurs s'est néanmoins légèrement dégradée dans l'ensemble. Par ailleurs, certains facteurs techniques, comme par exemple le nombre des nouvelles émissions ou la liquidité sur le marché, sont moins favorables si bien que nous adoptons un positionnement légèrement plus défensif et que nous prenons une partie des bénéfices. En ce qui concerne les emprunts d'État, nous conservons une nette sous-pondération dans les titres espagnols et italiens. Dans les portefeuilles obligataires contractés en euros, livres britanniques, dollars américains et francs suisses, nous réduisons légèrement la duration.

Ce sont avant tout les valorisations avantageuses des marchés d'actions européens qui plaident contre une réduction plus forte des risques totaux. Beaucoup des nouvelles négatives attendues devraient déjà être intégrées dans les cours. En outre, une tendance positive a été à nouveau constatée en ce qui concerne les révisions des bénéfices. Nous privilégions les valeurs de substance aux titres de croissance. Même si le taux d'actions a diminué pour la zone euro, il demeure surpondéré en ce qui concerne les États-Unis et les marchés émergents. Au niveau sectoriel, nous privilégions entre autres les domaines de l'agroalimentaire, de la santé, des banques, des logiciels et de l'énergie alors que nous sommes sous-pondérés dans les assurances, les télécommunications et la distribution.

Aucun changement important n'a été enregistré dans la stratégie monétaire. La surpondération du dollar et de la couronne norvégienne par rapport au franc suisse est conservée. La monnaie américaine est sous-évaluée et profite des mouvements de fuite vers des valeurs refuges tant que la Banque nationale suisse défend la parité plancher de 1,20 franc suisse pour un euro. La couronne norvégienne devrait s'apprécier en cas de poursuite de la hausse des cours du pétrole.

Source: BONDWorld - Swisscanto (Thomas Härter - Responsable Stratégie de placement)

 

AdvisorWorld.fr

Newsletter

Newsletter: Abonnez-vous GRATUITEMENT! ICI