Stratégie
Typography

GRAFICO CAMBIIl est peu probable que le paquet de sauvetage pour Chypre soit le dernier pour ce pays. La crise du crédit en Europe demeure un facteur d'incertitude. Notre positionnement est de ce fait un peu plus défensif. Nous favorisons toujours les actions mais nous réduisons la surpondération de façon sélective....


Enregistrez-vous pour recevoir notre Newsletter gratuit avec les nouvelles de BONDWorld. Cliquez ici pour votre copie gratuite


L'aide financière décidée au dernier moment pour les Chypriotes a émis différents signaux. Le fait que les avoirs bancaires ordinaires en UE ne sont en principe pas protégés contre une intervention étatique destinée à assainir les banques et les finances publiques, même si les petits dépôts bancaires ont dans ce cas été épargnés, constitue un signal négatif. L'attitude ferme des négociateurs européens constitue en revanche un point positif, avec un effet préventif. Elle laisse augurer que les personnes secourues par les futures mesures de sauvetage devront payer un prix élevé. Une attitude un peu plus prudente est dorénavant de mise, qui se traduit par une réduction de la surpondération des actions dans nos portefeuilles. Nous nous attendons néanmoins à ce que les marchés boursiers poursuivent leur tendance haussière pour les raisons que l'on sait, à savoir l'amélioration de la conjoncture américaine et la politique monétaire qui reste souple.

Les actions suisses ne sont plus bon marché
En raison de la reprise du marché boursier suisse pendant les derniers mois, la valorisation n'est désormais plus attrayante car les cours sont relativement élevés en comparaison internationale. C'est pourquoi les actions européennes bénéficient toujours d'une pondération neutre. Nous conservons notre surpondération dans les actions européennes, même si elle est moins forte que le mois précédent. Compte tenu de la récente hausse fulgurante des bourses, les prises de bénéfices sont désormais à l'ordre du jour, ce qui explique pourquoi nous augmentons la part des liquidités. Au niveau des secteurs, nous favorisons les médias, l'automobile et les pièces détachées, les biens d'investissement, les technologies et les logiciels.

Une plus grande prudence est également de mise pour les obligations high yield
Pour les obligations, la situation demeure la suivante: les obligations gouvernementales de premier ordre recèlent le risque que les rendements ne suffisent plus à compenser l'inflation. C'est pourquoi nous favorisons les obligations d'entreprises. Nous poursuivons cependant parallèlement l'orientation encore plus conservatrice de notre portefeuille, et ce également dans le segment du high yield où le potentiel de rendement s'est quelque peu réduit.

Une plus grande confiance vis-à-vis des placements alternatifs
Pour les matières premières, nous estimons que les rendements du roulement sur les marchés sont actuellement attrayants. Les contrats portant sur les matières premières énergétiques, telles que le pétrole ou le gaz naturel, profiteraient d'une reprise conjoncturelle, mais aussi d'un enlisement de la crise au Proche-Orient ou d'une aggravation du conflit avec l'Iran. Nous avons légèrement surpondéré les hedge funds. L'expérience montre que ceux-ci ont pu obtenir des rendements positifs durant les périodes de hausse des taux d'intérêt. Avec cet engagement dans les hedge funds au détriment des emprunts d'État, nous sommes ainsi couverts en cas d'augmentation des taux d'intérêt.

Selon nous, en ce qui concerne les monnaies, le yen japonais est trop déprécié: nous remplaçons donc la position courte dans le yen par une position courte dans l'euro.

 

Source: BONDWorld - Swisscanto (Thomas Härter - Responsable Stratégie de placement)

 

AdvisorWorld.fr

Newsletter

Newsletter: Abonnez-vous GRATUITEMENT! ICI