Stratégie
Typography

GRAFICO CAMBILa crise de l'endettement européen devrait continuer à provoquer des reculs momentanés sur les marchés. En matière d'actions, l'évaluation incite à une attitude prudemment positive; les emprunts d'entreprise sont préférés aux emprunts d'Etat. Les matières premières restent une assurance en cas d'aggravation des crises...


Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC
Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement 

Aucune solution durablement viable de la crise de l'endettement européen n'est actuellement en vue, raison pour laquelle cette question agite toujours les marchés financiers. Les nouvelles catastrophistes que l'on entend régulièrement sont cela dit clairement voulues par les pays compétitifs au sein de la zone euro. Le problème est le suivant: sans ces nouvelles choc, il n'y aurait pas de pression pour que les pays surendettés et peu compétitifs de la périphérie européenne se réforment. Les investisseurs devraient donc savoir que ces nouvelles catastrophistes continuent également à être utilisées de manière ciblée par certains pays européens pour maintenir la pression. En effet, tant qu'il n'y aura pas de possibilités de sanctionner efficacement les pays qui ont une politique économique et financière irresponsable, les marchés devront prendre en charge cette fonction "disciplinaire". Il ne faut pas s'attendre à une restructuration de la dette de la Grèce, du Portugal et de l'Irlande dans un proche avenir; les conséquences seraient en effet considérables, comme par exemple une crise bancaire au sein de l'UE, des troubles sociaux ainsi qu'une correction vigoureuse du marché.

Chute trop forte du dollar américain

En ce qui concerne l'endettement public des Etats-Unis, il est clair qu'une poursuite de la dégradation serait négative pour l'USD. A l'heure actuelle, sur la base de nos calculs des parités du pouvoir d'achat, nous estimons cependant que la devise américaine est sous-évaluée par rapport au CHF. De très nombreuses mauvaises nouvelles concernant l'économie américaine ont déjà été intégrées dans le cours, raison pour laquelle nous surpondérons actuellement l'USD dans notre stratégie de change. Nous maintenons la surpondération des monnaies liées aux matières premières que sont l'AUD, le CAD et la NOK. Suite aux différentes crises de ces derniers mois, le CHF a progressé par rapport à pratiquement toutes les monnaies. Si la situation de crise devait se "normaliser", un affaiblissement serait hautement probable. En ce qui concerne les taux d'intérêts, nous ne faisons pas le pari que la hausse des taux à laquelle la BCE a procédé en avril était la dernière pour les prochains temps. Nous maintenons par conséquent une duration inférieure à la moyenne dans nos portefeuilles obligataires en EUR et en CHF. Nous privilégions les obligations d'entreprises par rapport aux obligations d'Etat. En raison de la bonne gestion générale des coûts des entreprises et de la bonne situation de leurs liquidités, les risques de défaillance demeurent très limités.

Mesuré à l'indice MSCI World, le marché global des actions est désormais évalué de manière équitable, selon notre modèle de calcul basé sur les bénéfices tendanciels. Dans certains domaines, toutefois, le potentiel de hausse est plus important, comme par exemple pour les actions d'Europe continentale. Il en résulte dans l'ensemble une légère surpondération des actions.

En ce qui concerne les matières premières, nous prévoyons une poursuite de la tendance haussière en raison des différents foyers de crise, notamment dans les pays arabes. S'ajoute à cela une situation de report favorable en matière de contrats sur le pétrole brut.

Source: BONDWorld - Swisscanto (Thomas Härter - Responsable Stratégie de placement)

 

AdvisorWorld.fr

Newsletter

Newsletter: Abonnez-vous GRATUITEMENT! ICI